megalopole.jpg (3900 octets)
Une photographie de Catherine Merdy
Mégalopole

 

par Ludovic Kaspar

sommaire
accueil

"Les derniers s'ront les premiers
dans notre réalité" J.Jacques Goldman


Ca tanguait rude sur le pont du bateau ivre vers l'Abyssinie. Arthur en haillons, perché en vigie le couteau entre les dents, me traitait d'Albatros. Et Charles qui gueulait en poupe que la vie est un hôpital ! Un hôpital ! Sans d'autres échos à sa voix que les embruns du néant et les vents de la destruction.

Sur le pont je jouais au singe. Rien trouvé de mieux. Au singe-panzer défonçant le mat de mitaine à coups de canon ouistiti.

Pas gai la pagaille. Des aïe, des ouïe et des chants de pirates zigzaguaient vers la bouteille de rhum et sa carte au trésor.

Et de ville ? Plus. Rien qu'un océan indien aux requins Apaches sans calumet de la paix.

Surprise du réveil. Bitume, Rue de la Paix. Sorti d'une 16ème ronde, comptine de phantasme, ma bile aux caniveaux du 16ème à Paname. Et des gardiens de la paix.

Effarement ! Un bateau de papier qui glisse vers l'égout, les menottes aux poignets.

Dans le panier à salade, les poulets sont très fiers d'exhiber leurs ergots bien coupés.

Moi qui rit, la vache ! Qui meugle un bon coup. Mon taureau n'a plus de couilles dans cette course au cachot.

« La vachette ! Elle a pas d'quéquette ! »

Qu'ils sont rabats-joie les chapons de la capitale. Aussi rabats-jour, pour les nuits qui s'enfuient. Et moi avec.

Je leur dit « Je je je je. Je suis pas une cloche ! »

Mais j'ai mon litron, margharita citron.

Et mon apologie pour la descente, vous voulez pas l'entendre ?

Voilà ce que je leur cloue au bec, les cocottes du levant.

S'en foutent. Et me caquètent : « Je je je ! Et la loi, cloche qui vole le rhum des honnêtes gens, t'en martèle tes flancs d'étain ? »

Y'a pas d'étain, que j'pense. J'suis juste éteint, je dis.

Y'a que du béton et des armées de ferrailles ; du super sans plomb ; des pompes à fric et des souterrains.

Mais y'a pas de sourires, pas non plus de soupirs, ni d'oeil qui cligne. Puis les bonjours n'ont pas de retour.

Des dents ? Oui.

Des défenses ? Partout.

Et de grandes violences. Même qu'elles sont inanimées,

Immotivées.

Des replis, des débâcles parmi les automates.

Voilà ce que je vois, moi.

« Moi, moi, moi ! Tu s'rais pas mégalo la cloche qui sonne pas ? »

Et je dis rien, moi. Je réponds plus, moi.

En bon ex-premier d'la classe, je me laisse tirer grand-prince, en queue de la Mégalopole.

                                                                          le 23 mars 2000, Ludovic Kaspar