Une photographie de Mari Mahr

Liberté, n'es-tu qu'un mot ?

par Marie-Claire Simon

Liberté

Sommaire

Depuis toujours je te cherche, ma route au long du temps n'a été guidée que par l'espoir de te croiser ne serait-ce qu'une seconde ! J'ai erré vers des buts obligés et n'ai rien pu apercevoir de toi que le rêve impossible.
N'es-tu qu'un leurre ou faut-il sans cesse croire en toi pour avancer ? Certains ont accepté la mort pour toi, qu'en ont-ils eu d'autre que le néant ou un nom gravé sur les monuments auprès desquels on passe en ne les voyant plus ? On t'a chantée face aux plus forts, en mots provocateurs, sur des barricades aux pavés de la révolte, Gavroche y a laissé son enfance tronquée, on t'a placardée sur des murs dans toutes les langues, cela a-t-il empêché les génocides et les prisons pleines d'insoumis ? C'est en ton nom que certaines vies prennent un sens mais à quel prix ? Liberté puisque c'est à toi que ma colère s'adresse ne peux-tu n'être qu'un idéal pour ceux n'ayant de porte ouverte que la révolte et la violence pour te trouver ? La dignité n'existe-t-elle que par toi ?
Je t'appelle liberté et ne suis que questions ! arrête la fuite en avant de tous les affamés de vrai bonheur de vivre, le vent souffle où il veut, la pluie n'en fait qu'à sa tête, qu'au moins la pensée des hommes puisse souffler partout comme le vent sans risquer la brimade et que les mots tombent comme la pluie pour te faire pousser et fleurir !
Depuis l'aube des temps on t'a inscrite en lettres d'or comme on écrivait à la craie la phrase de morale au tableau noir des écoliers ,accolée à la fraternité, à l'égalité , liberté, n'es-tu qu'un mot ?