Une photographie de Mari Mahr

Fleurs de lune

par Lucie Petit

Liberté

Sommaire

 

Personnages :  

ROSE épanouie

BOUTON de rose timide

La LUNE

 

Scène 1

Un rosier enfermé dans une cage suspendue au plafond. Quelques fleurs débordent au-dessus du vide.

 

Rose. J'en ai assez d'être enfermée dans cette cage !

Bouton. Tu es nourrie et soignée. Que veux-tu d'autre ?

Rose. J'ai trop chaud, l'air me manque

Bouton. Tu es insupportable, jamais contente ...

Rose. Et toi, tu acceptes tout, timorée.

Bouton. Ils ont repeint Je plafond et réparé la cage

Rose. J'ai envie de rosée et .des baisers du vent

Bouton. Nous avons un abri, ignorons les frimas

Rose. Je veux connaître le ciel et le poids des oiseaux...

Bouton. et le poids des oiseaux froissera tes pétales !

Rose. Que m’importe ma robe si nul ne la caresse !

Bouton. Tu mériterais vraiment d’être bousculée ! ... soupir résigné nous ne pouvons nous échapper.

Rose. et moi, j’essaierai.
        J’ai ici quelques fils d’araignées, ils sont beaux, tout colorés. Ils          me feront une échelle pour atteindre cette fenêtre.

Elle laisse descendre les fils. Les uns sont trop courts, d’autres cassent et s’affalent sur le sol.

Rose. Ah, j’enrage ! Il me faudra maigrir si je veux m’en aller !

Bouton. Tu es folle. Tout cela est bien trop fragile.

Rose. Attendons la nuit pour tenter l’aventure.

Scène 2

Vient la nuit. Un rayon de lune entre par la fenêtre, éclaire la cage au rosier

Rose. psst, la Lune

la Lune. Qui m’appelle ?

Rose. C’est moi, la rose, au bord de la cage.

la Lune. Que veux-tu ?

Rose. Que tu me donnes un fil de lune assez long pour m’évader d’ici.

la Lune. Tu me sembles bien audacieuse.....
            
N’est-ce pas suffisant que je t’éclaire ?

Bouton. Ma dame la Lune, ne l’écoutez pas. Elle perd la tête.

 

Rose. Mais pas du tout ! Est-ce donc un crime de vouloir connaître la
        fraîcheur de la nuit et le miracle de l’aube ? Est-ce un crime de
        vouloir secouer la poussière sous la pluie ? et d’offrir mon parfum
        au crépuscule après m’être gorgée de soleil tout le jour ?

Bouton. couverte de pucerons qui suceront ta sève sans vergogne !

Rose. Ainsi, je recevrai les coccinelles en procession

la Lune. Allons, ne vous disputez pas.
           
Elle veut sa liberté ? Laissons la faire, elle sait ce qu’elle risque.
            Tiens, voici un fil juste assez long : il devrait te permettre de
            partir mais n’oublie pas : tu vas trouver la nuit bien noire...

Rose. La nuit bien noire ? avec toi pour amie ? je me glisserai près du
        mur, attendrai le joli matin pour choisir le chemin.

la Lune. Ecarte-toi de l’homme : c’est ton pire ennemi, surtout s’il te
            trouve belle ...

Bouton. Je serai triste...

Rose. L’araignée te portera des messages en échange d’une goutte de
        nuit retenue dans mon coeur. Tu les reconnaîtras : ils seront liés
        d’un fil de rose. Au-revoir, Bouton Timide. Viens me rejoindre
        quand tu seras grand ! Merci la Lune. Je te dédierai mon parfum
        du soir en signe d’amitié.

C’est ainsi qu’on peut voir – si on a les yeux grand ouverts la nuit – des roses faire du rappel sur des rayons de lune.