Aux rives de la francophonie                                                sommaire                                                                                                                                                            Responsable Khalid Benslimane

 


Une photographie de Doifel Videla

Entre réalité et fiction

par Kawtar Khachchane

 

Souvent on a taxé la littérature féminine maghrébine d'expression française de récit autobiographique. La présence d'un " je "de narration n'est point à mon avis un élément déterminant qui justifie ce fait, dans le sens où dans toute fiction il y 'a une part de réalité : je conçois que des titres tels que : La répudiée. Ma vie, mon cri, ou encore Oser vivre traduisent des situations qui peuvent s'apparenter au réel. Chaque roman trace dans sa trame narrative ,une vie qui peut être celle de n'importe quelle femme. Autant de personnages féminins qui vivent des scènes quotidiennes d'une vie de couple, d'une situation de rupture : divorce, bref une vie tout court.
L'écrivaine est confrontée chaque fois, et encore plus quand elle écrit son premier roman, à puiser de sa propre vie, de sa propre expérience, mais cela fait-il du roman pour autant une autobiographie ? .Aussi dois-je reconnaître que par moments les frontières sont très minces entre le réel et la fiction., Elles s 'enchevêtrent, se croisent,,se nouent, se dénouent . L'écriture en elle -même est une tentative, qui par moment, pour ne pas dire souvent, exige que l'on aille jusqu'au fond de soi même pour faire avancer l'intrigue. La relation entre le romancier et ses personnages est une relation des plus complexes. Imaginaire et réalité concourent à la création de l'œuvre littéraire. Il serait erroné de notre part, rien que du fait que ces textes regorgent de certains clichés, voir même vérités, de les " réduire " à des autobiographies. Il n'est point de notion péjorative dans mon propos ici.
Le texte maghrébin féminin d'expression française est un texte qui intéresse par les thèmes réalistes qu'il aborde , par les problèmes sociaux qu'il traite : notamment et je donne acte d'exemple de la situation de la répudiée .Ils nous donne matière à réflexion.
Il serait possible d'assimiler ces textes à des appels de détresse, à des appels de prise de conscience d'un mal à l'aise.
Le réel et l'imaginaire se lient pour la création d'intrigues des plus passionnantes, des plus intrigantes, des plus intéressantes.

Kawtar Khachchane