Jean-Paul Sartre - L'Existentialisme est un humanisme - Gallimard folio/essais

par Philippe Grün

Si vous vous sentez envahi par votre inconscient, si vous vous croyez englué dans des structures, si vous êtes persuadé que votre avenir dépend de vos cellules, si vous pensez que votre destin est inscrit dans le Ciel ou dans votre signe zodiacal, il est urgent, si vous ne voulez pas devenir rapidement un zombie, de vous plonger dans le petit livre écrit il y a près de soixante ans par Jean-Paul Sartre : L'Existentialisme est un humanisme. Le philosophe y expose avec clarté, précision, et sans aucun jargon, ce qu'est, selon lui, l'existentialisme, souvent attaqué parce que mal compris.

À la base de cette philosophie deux concepts clefs : l'essence et l'existence. Un objet , par exemple un coupe-papier, est fabriqué par un artisan se réfèrant au concept de coupe-papier, ainsi qu'à une technique de production qui fait partie du concept : dans ce cas, "l'essence - c'est-à-dire l'ensemble des recettes et des qualités qui permettent de le produire et de le définir - précède l'existence". Mais pour l'homme, au contraire, "l'existence précède l'essence". "Cela signifie que l'homme existe d'abord, se rencontre, surgit dans le monde, et qu'il se définit après... Ainsi, il n'y a pas de nature humaine... L'homme n'est rien d'autre que ce qu'il se fait". Il en résulte que "l'homme est responsable de ce qu'il est", pour lui-même, et pour tous par l'image de l'homme qu'il choisit. D'où l'angoisse. Donc "il n'y a pas de déterminisme, l'homme est libre, l'homme est liberté".
Par ailleurs "l'homme n'est rien d'autre que son projet, il n'existe que dans la mesure où il se réalise, il n'est donc rien d'autre que l'ensemble de ses actes, rien d'autre que sa vie". Le "lâche est responsable de sa lâcheté. Il n'est pas comme ça parce qu'il a un coeur, un poumon ou un cerveau lâche, il n'est pas comme ça à partir d'une organisation physiologique mais il est comme ça parce qu'il s'est construit lâche par ses actes".
Cependant chaque homme naît dans une situation historique et vit les limitations de la condition humaine. "Les situations historiques varient : l'homme peut naître esclave dans une société païenne ou seigneur féodal ou prolétaire. Ce qui ne varie pas, c'est la nécessité pour lui d'être dans le monde, d'y être au travail, d'y être au milieu d'autres et d'y être mortel".
D'autre part "l'homme se fait ; il n'est pas tout fait d'abord, il se fait en choisissant sa morale, et la pression de circonstances est telle qu'il ne peut pas ne pas en choisir une. Nous ne définissons l'homme que par rapport à un engagement".
"L'existentialisme est un humanisme". "Humanisme, parce que nous rappelons à l'homme qu'il n'y a d'autre législateur que lui-même".
"L'existentialisme est un optimisme, une doctrine d'action".

Un livre tonique, revigorant, libérateur.


 

Philippe Grün